Yves Marchais et Olivier Pierrot

Assemblée Générale 2002

18, 19, et 20 mai 2002

Cliquez sur les photos pour les agrandir

D'JET ET RANCHO, A LA DECOUVERTE D'UN JARDIN EXTRAORDINAIRE

Valbonne (Alpes Maritimes) : samedi 18 mai 13h00, des curieux affluent sur le parking du Pré de la Vignasse, attirés par l'arrivée inhabituelle d'un grand nombre de Matra. Philippe Gukelberger, le "régional de l'étape" a en effet organisé simultanément l'assemblée générale et la sortie annuelle du club D'Jet ainsi qu'un rassemblement de Rancho pour fêter son 25ème anniversaire. Cruel dilemme pour lui cet après midi puisqu'il a du faire le choix de rouler dans l'un de ses Ranchos ou dans son René Bonnet noir (28 000 km d'origine !). Finalement le Djet est resté à l'ombre dans son garage. Nos amis Suisses venus du canton de Vaud auront donc la vedette puisqu'ils seront les seuls à présenter un Djet René Bonnet. Le groupe, à présent constitué, rassemble Anglais, Allemands, Belges, Italiens, Suisses et les 4 coins de France.

Les photos des retrouvailles terminées, le convoi composé de Djet, Rancho et Murena se dirige vers Fayence dans l'arrière pays de Grasse à la découverte d'un jardin extraordinaire. Le propriétaire et gardien des lieux, dit "La Gombe" dans le milieu de l'automobile, nous accueille sur une petite route en bordure de sous bois pour nous guider dans une exceptionnelle visite. Mais attention à la consigne : interdiction de toucher à quoi que ce soit! Le portail franchi, Alpine, une chienne de bonne taille, nous accompagne dans une nécropole de voitures dispersées dans le sous bois au milieu d'un bric à brac de pièces, de boîtes de vitesse, de moteurs, de châssis stockés sous une couverture de feuilles et de verdure. R 8, R 12 et Dauphine Gordini, Alpine A 106, A 108, A 110, coupés 504, Fiat 500 Abarth, Lotus Elan, Lotus Esprit, AMC Gremlins, un moteur V12 de Lamborghini Miura… semblent attendre l'enchanteur qui habite cette forêt de Brocéliande. Dans un endroit fermé, exigu au point de n'accueillir qu'un seul visiteur à la fois, l'Alpine A 210, 1ère au classement à l'indice au rendement énergétique des 24 Heures du Mans 1968, se repose depuis ce jour là une couronne de lauriers sur le toît. A côté d'elle une Alpine Interlagos et une Cobra lui tiennent compagnie ainsi que quelques moteurs de motos Norton Manx. C'est ce que l'on pouvait capter le temps d'un flash. Pour notre part nous avons encore été sensibles à la vision de deux Djet dont l'un étroitement associé à la croissance d'un arbre. Nous les recenserons prochainement nous a promis leur gardien. C'est avec regret que nous nous arrachons à la forêt non sans avoir admiré la Norton Manx de La Gombe, garée dans sa chambre à coucher, près du lit ! Elle l'a mené un jour à la victoire du Bol d'Or et réciproquement. Après cette visite nous ne pouvons faire que des beaux rêves.

Le dimanche matin, direction Monaco, pour quelques heures, où se courrait le Grand Prix historique de Monaco. Nous avons vu de près sur le circuit des Amilcar, Bugatti, Alfa Roméo… menées de mains de maître par des pilotes vétérans pleins de fougue. Le musée de S.A.S. encore encombré des décors de la vente Bonhams de la veille a permis à certains d'entre nous de découvrir une collection prestigieuse de véhicules anciens et récents.

En début d'après midi départ de Monaco vers Menton, le col de Castillon puis Sospel pour la montée du col du Turini (épreuve du rallye de Monte Carlo).

Deux Djet avaient déjà chaud sur l'autoroute. La montagne ne les a pas épargné et les obligea à des haltes successives pour surchauffe avant de trouver une solution provisoire et efficace de ventilation du moteur. Huit jours après avoir tourné au Mans lors des Journées Bleues le Djet Sarthois avalait voracement la montée des deux cols. Le chant des moteurs Renault se répercutait sur les reliefs mêlé à celui d'un groupe de motos qui faisait la même ascension.
Après une pose photos, la descente du col du Turini vers la vallée de la Vésubie se fit au même rythme mais se solda par la casse d'une fusée de roue sur un Djet lors du redémarrage à un stop. Heureusement tout djetiste averti possède dans ses bagages une fusée d'avance et la réparation s'est faite sur place. Il est vrai qu'il y avait pléthore de mécanos et de conseillers.

Le lundi matin l'assemblée générale s'est tenue à Roquefort les Pins en présence de nouveaux venus au club. Pendant ce temps les dames visitaient à Grasse la parfumerie Fragonnard. Ce n'est pas forcément le budget d'achat de pièces mécaniques qui fut le plus élevé du week end!

Les bases d'une nouvelle année sont lancées et c'est sans hésitation la création du site internet du club (www.club-djet.com) qui est le point fort de l'année écoulée. Preuve en est, s'il en fallait une, quelques heures avant l'assemblée un mail adressé du Japon nous signalait l'existence d'un djet en cours de restauration et sollicitait notre soutien.

A l'issue de l'assemblée générale le bureau est composé comme suit : Président (historique et journal) Yves Marchais, secrétaire et communication Charly Christmann, trésorier Michel Lallement, vice-président et magasin club Jean Luc Michaud, conseillers techniques Olivier Pierrot et Eric Denion, Webmaster Alain Coldre, Adjoint Internet Eric Lurenbaum.

Le recensement des voitures continue. A ce jour 596 DJET recensés dans le monde (dont 524 numéros de châssis). Le cap des 600 voitures est maintenant un objectif très proche. Celui des 500 avait été dépassé après le rassemblement MATRA à Mortefontaine en 1999!

Charly CHRISTMANN


 © club-djet.com - 2001 - 2004 - Tous droits réservés.